à la maison 13 solidaire

Pastilles

Écouter sur la page des pastilles

à la maison 13 solidaire

Boutton play

Ma mère était une fanatique de radio

Boutton play

Radio en temps de guerre

Boutton play

Je veux jouer du biniou

Boutton play

Chaque mardi, un groupe de sénior se retrouve au Centre socio-culturel Maison 13 solidaire à Paris. Cette fois-ci nous étions là !
Les participant.e.s ont décidé de parler de souvenirs de radios et de défis surmontés.

Atelier facilité par Silvia, Zoé & Antoine

Une soirée au Centre international d’accueil pour réfugiés : Massy

Pastilles

Écouter sur la page des pastilles

bon courage

Boutton play

chant et poésie d'Afghanistan

Boutton play

Nabil, le danseur

Boutton play

rêves et musique

Boutton play

vivre ici

Boutton play

Un soir de juillet…

pendant un barbecue et à l’occasion d’une pièce de théâtre dans le jardin du centre international d’accueil pour réfugiés de la Cimade à Massy

on installe un studio radio et les résident.e.s s’en emparent.

Atelier facilité par Éloïse, Joumah, Antoine et Mathilde. Réalisé en partenariat avec la cie Arti-Zanat et la Cimade.

Le podcast en intégralité :

Listen to « Une soirée à Massy » on Spreaker.

Au collège Marx Dormoy

Pastilles

Écouter sur la page des pastilles

c'est pas magique

Boutton play

Confiné.e.s

Boutton play

CoronaFake

Boutton play

du racisme

Boutton play

ennui : famille

Boutton play

mon prénom

Boutton play

Début juillet 2020, soutenu par le Théâtre de la Cité Internationale, notre équipe est allée au collège Marx Dormoy dans le nord de Paris, afin d’organiser une émission radio avec une vingtaine de jeunes entre 12 et 16 ans.

 Nous intervenions dans le cadre dele l’école ouverte une opération qui consiste à ouvrir les collèges et les lycées pendant les vacances scolaires pour accueillir les jeunes qui ne partent pas ou peu en vacances et qui ne fréquentent pas ou peu les structures locales d’accueil et de loisirs. Le dispositif est proposé en priorité aux enfants et aux jeunes qui vivent dans des zones urbaines et rurales défavorisées ou dans des contextes culturels et économiques difficiles. un programme d’activités éducatives : scolaires, culturelles, sportives, de loisirs leur est proposé.

Pendant leurs émissions, ils ont parlé de racisme, de leur confinement, d’amitié et de famille.

Un atelier facilité par Mathilde Costil, Antoine Lalanne-Desmet, Seung-Joe Bae et Eloïse Dubrana.

Révolution dans ma chambre

Pastilles

Écouter sur la page des pastilles

Faut-il ghoster ?

Boutton play

Ils m'ont aidé à rompre

Boutton play

Orientation

Boutton play

En mars dernier, nous nous sommes associés aux associations Elan Interculturel et Jouïr, pour produire un podcast avec 10 femmes en non mixité.

C’était dans les locaux des Grands Voisins en mars à Paris. On y parle, d’amour, de rupture et d’emprise.

Un atelier facilité par Constance Léon & Eloïse Mestres.

collège Kaweni 1 à Mamoudzou à Mayotte

Pastilles

Écouter sur la page des pastilles

...juste des blagues

Boutton play

Saint-Valentine

Boutton play

devenir agresseur

Boutton play

Un joli prénom

Boutton play

Agathe, une bénévole de Radio Activité est installée à Mayotte, un département français dans l’archipel des Comores entre Madagascar et la côte du Mozambique.

En 2019, Agathe a débuté une série d’ateliers avec les élèves du collège de Kaweni 1 dans la commune de Mamoudzou.

Dans leurs émissions que les adolescents parlent de harcèlement et d’amour.

Les émissions sont à retrouver en intégralité à sur l’audioblog du collège.

La boite radio à Lille avec l’abej

Équipés de notre boîte radio, nous nous sommes rendus à Lille. L’objectif :  installer une antenne radio à l’abej SOLIDARITÉ , une association qui lutte pour que les personnes à la rue dans la métropole lilloise sortent de l’exclusion.

Nous avons ainsi retrouvé une dizaine de personnes dans la salle commune d’un centre d’hébergement pour jeunes adultes et avons enchaîné pendant une semaine, les exercices, jeux et débats radiophoniques pour montrer le fonctionnement de la boîte et transmettre les bases du journalisme.  Au terme de la semaine, chacun.e pouvait faire sa propre émission radio en autonomie totale.

Bilal, Guillaume, Estelle, Violaine, Jean-Marie, Ambre, Annick, Michel et Alexandre ont ainsi fondé la R’Libre : radio libre expression.

Nous avons conclu la semaine par un podcast en direct du cafédiskaire, un bar du centre ville. Dans cette première émission, on parle de d’écologie et des difficultés qu’affrontent des personnes en situation d’exclusion. 

et puis… la boîte radio est restée à Lille, l’antenne est lancée… plein d’émissions en perspective.

Facile à utiliser, notre boîte radio a pour but de permettre à chacun de réaliser son propre podcast radio en direct et en autonomie. L’aspect technique est simplifié : tout le monde peut faire de la radio. Cette boîte a été spécialement conçue et fabriquée par l’équipe de DSF Crew sur une idée de Mathieu Eymeoud étudiant de l’école parisienne de design et création industrielle (ENSCI). Elle est solide, légère et se compose d’une table de mixage, d’un ordinateur et de micros. L’exigence d’une utilisation simple et intuitive de l’outil a guidé chaque étape de la création. Avec cette boîte radio, notre volontée est de donner un outil pour contribuer à la lutte contre les préjugés, pour promouvoir la solidarité, l’inclusion sociale et le dialogue entre les habitants d’un même territoire au moyen d’un studio de radio mobile autonome.

…dans un hôtel à Brest

Pastilles

Écouter sur la page des pastilles

Je serai mécanicien

Boutton play

La confiance en soi

Boutton play

Début février 2020 à l’occasion du festival Longueurs d’Ondes de la radio et de l’écoute, nos équipes sont allées à Brest.

Heureux de l’expérience de 2018, nous en avons profité pour recontacter l’ADJIM : une association locale qui accompagne des jeunes étrangers nouveaux arrivants dans le Finistère.
C’est ainsi, que nous avons installé un studio radio dans la salle de réception d’un hôtel dans le port. C’est ici que logent des jeunes qui attendent que les autorités locales reconnaissent leur minorité (l’attente peut durer jusqu’à 1 an) afin de pouvoir poursuivre les démarches pour obtenir des papiers et être scolarisé.
Ces jeunes, né au Bangladesh et en Afrique de l’ouest ont décidé de consacré leur émission à eux dans 20 ans.
Emission à ré-écouter en intégralité sur notre page Facebook